Les bases du SEO pour bien débuter

SEO ou référencement naturel. Derrière ses termes plus ou moins barbares se cachent l’ensemble des techniques permettant à votre site internet d’être visible sur la toile, et de remonter dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Le Bûcheron
Temps de lecture 11 min

SEO ou référencement naturel. Derrière ses termes plus ou moins barbares se cachent l’ensemble des techniques permettant à votre site internet d’être visible sur la toile. C’est ce qui vous permet de remonter dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Dans cet article, nous allons détailler les éléments clés du référencement naturel. Nous allons distinguer les grands axes qui vont permettre à votre site internet de se creuser un chemin vers la première page. 

Le référencement naturel, de quoi parlons-nous ?

SEO signifie Search Engine Optimization ou, en français, optimisation pour les moteurs de recherche. Mais nous avons plutôt l’habitude de dire référencement naturel en français, bien que le terme reste relativement obscur pour un non initié.  

Il s’agit de l’ensemble des techniques permettant d’améliorer le positionnement d’une page et d’un site web dans les moteurs de recherche. Pour la faire simple, en travaillant le référencement naturel de votre site et de vos pages web, vous aurez plus de chances d’apparaitre en bonne position dans les recherches qu’effectuent les internautes, le graal étant d’arriver en première position dans Google.  

Attention, il ne faut pas confondre le SEO et le SEA. Bien que les acronymes soient proches, et que la finalité reste la même ; amener l’internaute à consulter votre site internet, il s’agit de pratiques bien différentes.  

Avec le SEO vous allez travailler le positionnement organique de votre site internet, comme nous l’avons déjà vu. Avec le SEA vous allez chercher à acquérir de la visibilité rapide mais éphémère au travers de campagnes de publicités payantes. Car oui, bien que SEA soit traduit chez nous par référencement payant, il s’agit en réalité de publicité. Si on prend pour exemple Google Ads, vous allez émettre des enchères sur des mots clés, et vous apparaitrez au-dessus des résultats de recherche naturel tant que vous votre campagne est active. Cela devrait vous permettre d’engranger des vues sur votre site internet avec du public potentiellement qualifié, mais cela à un coût, et surtout cela ne doit pas être fait n’importe comment.  

Lancer des campagnes payantes sans être certain que les pages d’atterrissages soient parfaitement optimisées, et que votre référencement naturel soit opérationnel, pourrait fortement altérer le retour sur investissement que vous espérez obtenir. Ce n’est qu’une fois le SEO prêt, que l’on se lance dans le SEA

En quoi le SEO est important

Un simple exemple vaut mille mots (même si mille mots dans un article de blog, et bien ça peut être très intéressant d’un point de vue référencement naturel).

Imaginez que c’est le jour de votre anniversaire. Pas n’importe quel anniversaire, c’est vos dix-huit ans, et vous voulez marquer le coup en invitant tous vos amis à la maison pour une fête de folie. Vous avez décoré votre petit chez vous avec goût, vous avez le plein de nourritures et de boissons, vous êtes prêt pour danser jusqu’au bout de la nuit. Seul problème, il est déjà 23h et il n’y a toujours personne.  Il aurait été préférable de prévenir vos amis et votre famille que vous fêtiez ce grand événement, non ? Et bien, un site internet sans travail de référencement naturel c’est la même chose qu’une fête sans invitation. Vous pouvez avoir conçu la plus incroyable des vitrines, si vous ne faites rien pour le faire connaitre, personne ne viendra dessus. 

Nous allons donc voir les différents éléments qui vont vous permettre de travailler votre référencement naturel. Globalement, on distingue trois piliers de stratégie SEO, que nous allons détailler dans les lignes à venir.  

Les trois piliers du référencement naturel

La structure technique

Le premier de ces piliers est la qualité technique de votre site internet. C’est le socle sur lequel tout repose. C’est en optimisant la structure technique de votre site web que vous contrôlerez le référencement on-site, et que vous poserez les fondations pour le second élément d’importance qu’est le contenu. Il y a de nombreux aspects à prendre en compte afin d’avoir une assise technique satisfaisante pour votre référencement naturel, en voici quelques-uns :  

Un site responsive ou mobile-friendly 

La part de consultation internet en mobilité ne cesse de grandir année après année. On ne vous apprend rien en vous rappelant qu’il est primordial qu’un site internet soit parfaitement adapté aux écrans des smartphones et des tablettes. En France, c’est le support le plus utilisé quotidiennement pour la consommation internet.  

Avec les CMS actuels comme WordPress ou Prestashop, les sites internet sont, de base, compatibles mobiles, mais il faut bien souvent optimiser cette fonctionnalité afin d’être apprécié par Google, et mieux remonter dans les résultats de son moteur de recherche sur téléphone (et oui, votre site ne remonte pas nécessairement de la même façon dans les résultats de recherche. Le support utilisé, la localisation de l’appareil joue aussi sur le positionnement).  

Un site internet optimisé mobile, c’est aussi une expérience utilisateur accrue, des chances d’augmenter la visibilité de vos pages et de faire baisser les taux de rebonds. 

La vitesse de chargement de vos pages 

Et qui dit expérience utilisateur, dit aussi vitesse de chargement des pages. Il s’agit d’un marqueur essentiel pour Google. Il existe de nombreuses techniques pour que vos pages se chargent rapidement : mise en cache du navigateur, utilisation d’un CDN (réseau de diffusion de contenu) pour une mise à disposition plus rapide du contenu quel que soit votre position, réduction du nombre de requêtes sur une page, chargement des éléments au fil de la navigation… 

Pour tester la vitesse de chargement de votre site internet vous pouvez utiliser quelques outils disponibles gratuitement sur la toile :  

Des images optimisées 

Tant que nous sommes dans la vitesse de chargement d’un site internet, parlons brièvement des images qui habillent vos pages.  

L’optimisation des images est devenue, avec le temps, une priorité en termes de référencement naturel. Que ce soit le fait de bien nommer ses images, d’utiliser la balise alt, ou de travailler le poids et le format de celles-ci, elles font parties intégrantes de votre stratégie de référencement et ne doivent pas être prises à la légère.  

Aujourd’hui, encore peu de personnes savent que le format le plus adapté d’une image sur internet est le format matriciel WebP, ou que dépasser les 200ko de poids est synonyme de ralentissement dans le temps de chargement. Alors que les internautes lisent de moins en moins et que les médias visuels sont prépondérants pour attirer leur attention, travailler les images est une véritable nécessité. 

Le contenu

Écrire pour l’internaute ou écrire pour les moteurs de recherche ? Certains professionnels du web et du marketing aiment à se triturer les méninges sur cette question. Pourtant la réponse est simple : il faut écrire pour l’internaute et les moteurs de recherche.  

Bien que l’internaute soit considéré comme étant de plus en plus paresseux, et souhaite aller à l’essentiel en lisant de moins en moins, il est impensable de lui faire l’affront de ne lui proposer aucun contenu textuel à se mettre sous la dent. 

Et cela tombe bien, les moteurs de recherche, tels que Google, raffolent des contenus qualitatifs. Ne faites jamais l’impasse sur un contenu riche, sémantiquement travaillé, et parfaitement hiérarchisé (comme cet article !). 

Que ce soit une page, un article ou un produit, chacun à ses propres règles avec lesquelles jouer. D’après une étude SerpIQ, la longueur optimale d’un article de blog se situe à 2 416 mots. Ce n’est pas une vérité absolue, mais pour qu’un article de blog soit bien référencé, compte un nombre adéquat de mots clés de longue traine, et puisse générer un nombre satisfaisant de liens entrants (ou backlinks pour les anglophones), il devrait se situer dans cette fourchette. 

On considère aussi qu’une page produit doit comporter un minimum de 300 mots, ou qu’une page de catégorie être entre 800 à 1 000 mots. 

Il ne faut pas prendre ses chiffres pour paroles d’évangiles, et chaque professionnel du SEO vous donnera, justement, sa propre vérité. Mais une chose est sûre. Plus le contenu textuel de votre site sera enrichi, plus vous augmenterez vos chances d’être bien placé dans les résultats des moteurs de recherche.  

Travailler ses mots clés

Je vais vous donner une consigne simple, qu’il faudra respecter au plus que possible : une idée ou un concept par page, pour un mot clé principal

À partir de cela, vous allez construire votre stratégie de mots clés, vous allez travailler l’univers sémantique autour de celui-ci, et construire vos textes en les distillant intelligemment, au travers de paragraphes devant susciter l’intérêt de votre cible. Il n’est pas question d’enchainer bêtement des mots clés, il est question de composer une narration qui va servir vos intérêts et vos objectifs, afin d’amener l’internaute à répondre à un besoin : 

  • S’informer
  • Apprendre 
  • Résoudre un problème 
  • Faire appel à un service 
  • Acheter un produit 

Vous allez explorer les intentions des internautes, vous mettre à la place de vos cibles, afin d’identifier les termes qu’ils sont susceptibles d’employer pour aboutir à vos services. À l’aide d’outils, vous allez analyser la viabilité de l’emploi de ces mots clés, comme le nombre de recherches mensuelles, pour déterminer si ce sont des mots clés à exploiter dans le cadre de votre stratégie de référencement naturel. C’est un travail important, car il va déterminer la ligne directrice de vos contenus. Pour vous aider, voici quelques outils utiles :  

Balises h1, h2, pour bien hiérarchiser son contenu

À cela, nous pouvons ajouter qu’il est fortement souhaitable que vos textes soient parfaitement structurés à l’aide des balises Hn. Ces balises représentent les titres et sous-titres, qui vont vous permettre de donner de : 

  • Organiser votre texte, et donc votre pensée, créant un plan de votre récit. 
  • Aider le lecteur à comprendre les grandes étapes de votre réflexion, et aller à l’essentiel. C’est de l’UX, ou expérience utilisateur. 
  • Permettre aux robots de Google de parcourir avec efficacité vos contenus, et de l’indexer avec précision. 

Même s’il semblerait que le respect d’un balisage strict ne soit plus si important que cela pour Google (c’est-à-dire avoir un titre H2 sous un H1, un H3 toujours sous un H2, etc…), je ne peux que vous recommander de respecter au maximum une hiérarchie rigoureuse.   

Les liens entrants

 Les liens entrants, ou bakclinks, sont le dernier point à prendre en compte pour bâtir une stratégie de référencement naturel, et ce n’est pas le moins important. 

Il s’agit de liens présents sur des sites tiers, pointant vers le vôtre. C’est un facteur de SEO très important depuis que l’algorithme de Google mène la danse du référencement naturel, et c’est aussi l’élément qui est peut-être le plus complexe à mettre en place.

En effet, là où la technique de votre site internet, et les contenus dépendent de vous et de votre prestataire web, une stratégie de lien s’appuie aussi sur des intervenants extérieurs. Webmasters ayant en gestion des sites bien positionnés, influenceurs, bloggeurs, et autres médias, créer une toile d’araignée qui va vous ramener des liens entrants vers votre site nécessitera la mise en place d’un réseau que vous construirez lentement mais sûrement. 

Je parle des liens entrants un peu plus longuement au sein de cet article de qualité.

Conclusion

Le référencement naturel ne se décide pas sur un coup de tête et n’est pas quelque chose à bâcler. C’est en amont de votre projet, alors que vous construisez votre stratégie que vous devez définir les diverses composantes qui vont permettre à l’internaute de trouver votre site sur les moteurs de recherche. 

Choisissez de travailler avec un prestataire web qui n’est pas seulement un professionnel pour mettre en place un CMS. De base, les CMS comme WordPress ou Prestashop vont ralentir la vitesse de chargement de votre site. Ils vont vous donner quelques pénalités malgré une structure technique de plus en plus orientée SEO. Choisissez de travailler avec un web développeur ou un professionnel qui saura vous montrer qu’il sait aller au-delà de la simple installation de thème et extensions. 

Explorez la concurrence, posez sur papier les mots clés que vous utiliserez sur chacune de vos pages. Travaillez l’univers sémantique de votre site internet, avant même que celui-ci soit en production.  

Et, bien entendu, réfléchissez à du contenu que vous pourriez produire pour alimenter vos liens externes, et aux sites de référence, aux blogs, et tout médias qui pourrez parler de vous d’une manière ou d’une autre. 

Le référencement naturel, est une stratégie, et comme toute stratégie, elle se travaille en amont d’un projet en mettant en place des objectifs et des indicateurs de suivi. La patience est un maitre mot du SEO. Sachez prendre votre temps pour réussir. 

Laissez un commentaire